logo

connexion

contact

facebook

adherer

Contexte

 

Figurant parmi les espèces les plus rares et les plus menacées de France, ce petit crapaud est l’une des curiosités de notre région (présence avérée dans l'Indre et le Loiret seulement) mais il reste pourtant peu connu en raison de sa discrétion. La population du Loiret découverte en 2010 par l’ONEMA, est suivie par l’association depuis 2014.
Face à son déclin lié à la fragilité et à l’isolement de ses populations en France, ce suivi a été mis en place afin d’améliorer la connaissance de l’espèce, de proposer des mesures de préservation et, de sensibiliser les acteurs du territoire. L’ensemble des actions initiées par l’association sont encadrées par des outils de protection nationaux déclinés à l’échelle régionale. Ces actions s’effectuent en collaboration avec les institutions publiques, les associations locales et l’implication des bénévoles.

 

Carte d’identité

Pola Pélobate brun. C.Baudran

 

Taille : 4 à 7 cm

Poids : 20 à 40 g

Longévité : 10 ans en moyenne, 13 ans maximum

Description : C’est un crapaud trapu de couleur brune, à la peau finement granuleuse et ponctuée de verrues rouges ou orangées. Des marbrures dorsales brun foncé sur fond clair forment un motif en flèche pointée vers la tête.
Couteaux de Pélobate brun Pelobates fuscus Rémi Hardouin 5

MorphologieCouteaux de Pélobate brun Pelobates fuscus Rémi Hardouin 5 : Sa morphologie est adaptée à l’enfouissement : les pattes arrière sont munies d’excroissances cornées en forme de pelle (« couteaux ») lui permettant de s’enfoncer à reculons dans le sol. Sa tête large et bombée facilite sa sortie de terre.

 

 

Vidéo d'un enfouissement de Pélobate brun

 


Dimorphisme sexuel : Les mâles sont plus petits que les femelles. De plus, ils possèdent des protubérances sur les avant-bras lors de la période de reproduction.

Alimentation : Opportuniste, il chasse à l’affut la nuit et se nourrit de divers invertébrés : vers, limaces, coléoptères, araignées… 

Statut de protection : Le Pélobate brun est strictement protégé par la loi française. Il bénéficie d’une protection nationale et régionale. A l’échelle internationale et européenne, il est inscrit à l’annexe II de la convention de Berne et à l’annexe IV de la Directive européenne Habitats-Faune-Flore.

Répartition : Le Pélobate brun est une espèce eurasiatique continentale qui s'étend depuis la France jusqu'à l'Oural, le Caucase et les steppes kirghizes et du Danemark jusqu'au nord des péninsules italienne et balkanique.

En France, sa répartition actuelle est très hétérogène avec plusieurs stations en Alsace et en Lorraine et quelques stations en région Centre. L'analyse des données historiques montre une répartition bien plus étendue de cette espèce au siècle dernier. La régression serait de l'ordre de 80% entre le milieu du XIXème et la fin du XXème siècle (Lescure 1984, Parent 1985).

Cartes de répartition du Pélobate brun en France Région Centre Val de Loire

Cartes de répartition du Pélobate brun en France et en Région Centre-Val de Loire (maille 20 x 20 km)


Habitats et reproduction

 

Le Pélobate brun possède des exigences bien particulières en termes d’habitats. L’espèce, de par son comportement fouisseur, a besoin de sols meubles. Elle affectionne donc les milieux sableux.
Mare reproductionA.JourdasLes adultes vivent le plus souvent à quelques dizaines de mètres de leur zone de reproduction (maximum 400 mètres). Ce sont en général des pièces d’eau bien ensoleillées, assez profondes et étendues, riches en végétation immergées et soumises à des exondations régulières.

Afin d’attirer les femelles, les mâles émettent sous l’eau un son mat et peu audible, comparable à une série de coups de maillet rebondissant sur du bois « clock-clock ». Pendant la reproduction, les femelles enroulent un unique cordon d’œufs autour de la végétation.
En dehors des périodes de reproduction, le Pélobate brun a besoin de zones de transition pour se déplacer, se nourrir et se réfugier. En région Centre-Val de Loire, on le retrouve dans des secteurs ouverts à végétation basse ou annuelle, comme les champs, les prairies extensives (pâturées ou non) et les landes à bruyères.
En période d’hivernage, il pourrait rechercher des zones ouvertes avec des sols meubles pour s’enfouir et passer l’hiver.

 

Menaces et mesures de protection


Son déclin régional a très certainement débuté au XIXème siècle. Les choix d’aménagement du territoire ainsi que les changements de pratiques agricoles ont mené à une dégradation et une destruction rapide des milieux de vie de l’espèce.

La plupart des zones humides nécessaires à sa reproduction ont été urbanisées, drainées et comblées. Les travaux d’endiguement de la Loire ou encore l’exploitation des sables alluvionnaires ont également contribué à accélérer la régression de l’espèce en perturbant le fonctionnement hydrique nécessaire au maintien de ses lieux de reproduction.

L’intensification de l’agriculture et le changement des pratiques agricoles ont considérablement réduit les surfaces propices à l’accueil de l’espèce. Le recul des cultures sarclées (asperges, pommes de terre…) au profit de la céréaliculture, la mécanisation des pratiques, l’usage des produits phytosanitaires font partis des causes majeures de son déclin. De même, la déprise agricole et le boisement de certaines parcelles ont contribué à la régression des habitats nécessaires à la survie de l’espèce.

Une autre menace s’ajoute à celles déjà citées. Il s’agit de la perte de diversité génétique, dû à l’isolement des populations existantes en région Centre–Val de Loire. Cette perte de diversité génétique pourrait, à terme, diminuer les capacités d’adaptation des populations.

D'une extrême rareté dans notre région, cette espèce singulière, a conduit à la réalisation d’un grand nombre de mesures de protection.

Pour faire face à l’ensemble de ces menaces, depuis 2014, le Pélobate brun fait l’objet d’un Plan National d’Action animé par l’ONF. Ce document d’orientation définit des actions à mettre en œuvre pour favoriser la conservation à long terme du pélobate en France.

Plan national d'action en faveur du Pélobate brun

Cet outil se décline à l’échelle de la région Centre-Val de Loire sous la forme d’un Plan régional d’action adapté aux caractéristiques de notre territoire. LNE est l'animatrice du PRA pour la région Centre-Val de Loire.

 

Notre Action


Loiret Nature Environnement chargée par la DREAL d’animer le Plan Régional d’Action est également missionnée pour mettre en œuvre des actions qui visent à restaurer la population de Pélobates brun présente dans le département du Loiret.

Ces mesures, s’articulent autour des trois axes principaux : Connaissance, Préservation, Sensibilisation.

Connaissance

Afin de proposer des mesures de préservation pertinentes pour la sauvegarde du Pélobate brun, Loiret Nature Environnement met en œuvre des actions de connaissance sur la seule population connue dans le département. Il s’agit avant tout de mieux connaitre la biologie de l’espèce et de caractériser les habitats indispensables à son développement.

Le suivi de la reproduction

Les populations sont suivies pour évaluer le succès de leur reproduction. Dans ce cadre, différentes actions sont menées : le dénombrement des mâles chanteurs, le comptage des pontes, le recensement des jeunes individus, la caractérisation des zones de reproduction...

Ces suivis montrent que l’espèce est soumise à de fortes variations interannuelles d’effectifs, les années exceptionnelles étant liées à des niveaux d’eau élevés. Les résultats témoignent de la grande sensibilité de l’espèce aux changements du milieu (niveaux d’eau, développement des ligneux, présence de poissons…).

Ecoute à lhydrophone A. Jourdas   Ecoute période de reproduction LNE

En période de reproduction, des écoutes sont réalisées à l'aide d'un hydrophone pour dénombrer les mâles chanteurs.

 

La caractérisation des habitats d’hivernage

L’étude des populations passe aussi par la caractérisation des habitats d’hivernage. Les milieux indispensables aux individus durant cette période critique sont particulièrement méconnus. Pour cela, plusieurs pélobates brun ont été équipés d’émetteurs puis suivis quotidiennement par télémétrie jusqu’à leur enfouissement définitif pour hiverner. Face à la discrétion et à la rareté de l’espèce, cette étude inédite en France doit être menée sur plusieurs années pour amener à des résultats concluants.

 Pélobate brun muni dun émetteur LNE   Suivi quotidien des déplacements LNE

Lors de leur capture, les individus sont équipés d'un émetteur. Un suivi quotidien est ensuite réalisé pour les localiser à l'aide d'une antenne. Ce protocole d'étude permet de connaître précisément les déplacements et les gites utilisés par le Pélobate brun jusqu'à l'hivernage.

La recherche de nouvelles stations

Au 19ème siècle, l’espèce était bien représentée dans la région. Sa présence était associée au corridor ligérien. Dans le Loiret, elle est signalée en 1886 sur la commune de Saint-Jean-le-Blanc. Aujourd’hui seules deux populations sont connues en région Centre-Val de Loire, une dans le Loiret et une dans l’Indre.
Cette espèce discrète est difficile à repérer, sa présence passe souvent inaperçue et il est donc possible que l’espèce soit sous-estimée sur les sites connus ou encore présente dans d’autres secteurs sableux de la région.
Afin de mieux connaitre la répartition de l’espèce, des inventaires ont été menés dans l’espoir de découvrir de nouvelles populations de Pélobate brun. Malgré la découverte d’un nouveau site de reproduction en périphérie de la population du Loiret, les résultats soulignent surtout l’extrême rareté du Pélobate brun dans notre région et nous encouragent à concentrer nos efforts sur la protection des populations connues.

L’appui des bénévoles

Chaque année, l’engagement des bénévoles de l’association permet d’augmenter considérablement les efforts menés dans les campagnes de terrain.

             Pose barrière piège E.Noraz   Pose bâche E. Noraz   Bénévoles barrière piège E. Noraz

Chantier 2017, suivi de l'hivernage. Le système de barrière piège est un outil de capture utilisé lors des suivis amphibiens. La bâche enterrée dans le sol dirige les individus vers des seaux disposés tous les 10 mètres où ces derniers se retrouvent piégés. Cette méthode permet de capturer l'ensemble des individus qui migrent vers la zone d'hivernage, avant de les relacher.

 

Préservation

L’association contribue à mettre en place des outils et des mesures de protection sur la zone où se trouve la population de Pélobate brun. Elle accompagne notamment les propriétaires et les gestionnaires des sites concernés en apportant un appui technique et scientifique.
Sur le site principal connu dans le Loiret, le CEN Centre-Val de Loire, actuel propriétaire, a engagé des actions en faveur de l’espèce : recréation, restauration et gestion des mares ; maintien des prairies et des bandes enherbées. L’agriculteur biologique qui exploite le site s’engage également dans la mise en œuvre d’un ensemble de pratiques visant à favoriser le développement de l’espèce (assolements diversifiés en agriculture biologique, travail du sol superficiel…).
Les actions de connaissances, notamment le suivi de l’espèce, permettent de mieux orienter et d’évaluer les mesures de préservation engagées sur le site.

Sensibilisation

Les actions de sensibilisations mises en place, ont essentiellement portées sur la reconnaissance du Pélobate brun, une espèce peu connue du grand public et du monde naturaliste. Pour ce faire, des sessions de formation ont été dispensées auprès des professionnels de l’environnement, pour favoriser la prise en compte de l’espèce dans les inventaires et les actions de police de la nature.

Par ailleurs, plusieurs documents ont été rédigés pour vulgariser la connaissance et la mettre à disposition du plus grand nombre (voir bibliothèque en ligne) afin que chacun puisse s’informer sur cette espèce remarquable de notre région.

 

Ressources bibliographiques

 

Réglementation et mesures de protection

Statut juridique de l'espèce

Site de l'INPN

Le Plan National d'Action

Site du Ministère de la transition écologique et solidaire, les PNA contexte législatif et réglementaire
Site de l'ONF, animateur du PNA Pélobate brun

Les comptes rendus des réunions du comité de pilotage régional Pélobate brun : Compte rendu 2014 / Compte rendu 2015 / Compte rendu 2016 / Compte rendu 2017

Les rapports d'animation du Plan Régional d'Action en faveur du Pélobate brun : Rapport animation 2015 / Rapport animation 2016 / Rapport animation 2017

Plan régional d'Action en Lorraine 2014-2018

 

Supports et outils de vulgarisation

Les fiches de présentation de l'espèce

Fiche descriptive de l'espèce réalisée par Loiret Nature Environnement, 2016
Fiche descriptive de l'espèce réalisée par le Conservatoire des Sites Lorrains, 2005
Fiche descriptive de l'espèce ; GANET A., 2014. Les plans régionaux d'actions en Alsace. Pélobate brun Pelobates fuscus. Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement d'Alsace, 2p.

Diaporama de présentation de l'espèce

Le Pélobate brun en Région Centre-Val de Loire, état des connaissances et actions de préservation réalisé par Loiret Nature Environnement dans le cadre des rencontres batrachologiques de 2017

Cartes de répartition de l'espèce

Carte de répartition en Europe, réalisation : Loiret Nature Environnement 2017
Carte de répartition en France, réalisation : Loiret Nature Environnement 2017
Carte de répartition en région Centre-Val de Loire, réalisation : Loiret Nature Environnement 2017

Article scientifique de vulgarisation

Article publié dans la revue Recherche naturaliste en 2017, rédigé par Antonin Jourdas (LNE)

Supports visuels et auditif

Chant du pélobate
Vidéo du pélobate s'enfouissant dans le sol

 

Etudes scientifiques et protocoles de suivi

Protocoles scientifiques dans le cadre des études réalisées sur le Pélobate brun dans le Loiret

Protocole de l'étude du suivi de la reproduction du Pélobate Brun dans le Loiret depuis 2015 (extrait du rapport d'action de 2017 rédigé par Loiret Nature Environnement)
Protocole de l'étude de caractérisation de l'hivernage du Pélobate brun dans le Loiret depuis 2016 (extrait du rapport d'action de 2017, rédigé par Loiret Nature Environnement)
Technique de prélèvement ADN dans le cadre de l'étude génétique nationale (2016)

Publications scientifiques

Population :

R. Jehle & al - Structure and dynamics of central European amphibian populations: a comparison between Tiruturs dobrogicus and Pelobates fuscus. 1995
C. Eggert, D. Cogălniceanu, M. Veith, G. Dzukic & P. Taberlet - The declining Spadefoot toad, Pelobates fuscus (Pelobatidae): paleo and recent environmental changes as a major influence on current population structure and status. Conservation Genetics, volume 7, issue 2, 2006 
D.M Marsh and P.C Trenham - Metapopulation Dynamics and amphibian's conservation. 2001
C. Eggert & R. Guyetant - Safeguard of a spedfoot toad (Pelobates fuscus) population: a frenc experience. 2002
C. Eggert & R. Guyetant - Age Structure of a Spadefoot Toad Pelobates fuscus (Pelobatidae) Population. 1999
C. Eggert - Le déclin du Pélobate brun (Pelobates fuscus) de la biologie des populations à la structure génétique Bull. Soc. zool. Fr, 127(3) : 273-279, 2002
J.P VACHER - Bilan des dix années de suivi des indicateurs de la biodiversité en Alsace. CICONIA 39 (2-3), 137-143, 2015

Déplacements terrestres :

S.G Orloff - Movements patterns and migration distances in an Upland population of California Tiger salamander (Ambystoma californiense. 2009
C. Eggert - Use of fluorescent pigments and implantable transmitters to track a fossorial toad (Pelobates fuscus), 2002

Reproduction :

C. Eggert & R. Guyétant - Reproductive behavior of spadefoot toads (Pelobates fuscus): daily sex ratios and males tactics, ages, andp physical condition, 1999
B.R Schmidt, W. Hold, M. Schaub - From metamorphosis to maturity in complex life cycles ; equal performance of different juvenile life history pathways. 2012 Ecology, 93(3), 2012, pp.657-66

Colonisation et dispersion :

C. Eggert & R. Guyetant - Quelques observations sur la biologie des populations du Pélobate brun (Pelobates fuscus, Anoure). 2002

Technique d'inventaire :

R. Sacchi S. Scali, M. Fasola, P. Galeotti - The numerical encoding of scale morphology highly improves photographic identification in lizards. 2007
G. W Heard & al - Visible impant alphanumeric tags as an alternative to toe-clipping for marking amphibians - a case study. 2008
D.J Mellor - Marking amphibians, reptiles and marine mammals: animals welfare, practicalities and public perceptions in New Zealand. 2004
N.J. Silvy & al - Wildlife Marking Techniques, 2005
R.A. Martin - Evaluating a novel technique for individual identification of anuran tadpodes using codes wire tags. 2011
L.A. Brannelly, L. Berger, L. Skerratt - Comparison of three widely used marking techniques for adult anuran species Litoria Verreauxii alpine. 2014

Identification d'individu :

R.plaiasu, T. Hartel, R.I. Bancila, D. Cogalniceanu - The use of digital images for the individual identification of amphibians. 2005
R.A. Odum & E. Sonntag - Methods to individually identify the amphibian specimen. 2010

Alimentation :

M. Nicoară & F. Bianchini - Diet composition during breeding period in populations of bufo viridis, Pelobates fuscus and rana esculenta complex from ciric river's basin (iaşi, romania). 2005

Habitat :

W. Bosman & P. Van den Munckhof - Terrestrial habitat use of the common spadefoot (Pelobates fuscus) in an agricultural environment and an old sanddune landscape. 2006
R. Rannp, T. Kaart, L. Briggs, W.D. Vries & L. Iversen - HABITAT REQUIREMENTS OF PELOBATES FUSCUS AND LEUCORRHINIA PECTORALIS. 2011

Dispersion des juveniles :

M.S. Osbourn - Initial juvenile movement of pond-breeding amphibians in altered forest habitat. 2012 these

Développement des têtards :

S.V. Smirnov - The influence of variation in larval period on adult cranial diversity in Pelobates fuscus (Anura : Pelobatidae). Journal of Zoology, volume 226, issue 4, 1992

Se connecter