logo

connexion

contact

facebook

adherer

Depuis 2011, l’association Loiret Nature Environnement actualise ses connaissances sur la répartition des différentes espèces d’amphibiens connues sur le département. Pour ce faire, des inventaires sont réalisés chaque année dans une région naturelle particulière du Loiret : la Beauce en 2011, le Gâtinais de l’ouest en 2012, la Puisaye en 2013, le Val de Loire et les marges de la Sologne en 2014 et 2015. Depuis 2016, des campagnes de prospections sont mises en place dans le cadre de l’actualisation de l’atlas départemental des amphibiens et des reptiles, paru il y a plus de 30 ans.

L’ensemble de ces prospections, effectuées dans le cadre de projets financés sur fonds publics, concourent à deux objectifs :

  • contribuer à l'amélioration de la connaissance de la biodiversité remarquable sur l'ensemble du département (tous les amphibiens étant protégés en France) ;
  • pouvoir intégrer cette connaissance en amont des projets d’aménagements (infrastructures routières, etc.).

Dans le Département du Loiret on recense 16 espèces d’amphibiens. Certaines d’entre-elles sont rares et menacées ou encore parfois méconnues de par leur discrétion. Les connaissances acquises permettront de mieux protéger la biodiversité loirétaine.

Alyte accoucheur LNE  Grenouille rousse Rana temporaria Antonin Jourdas 1  Pelodyte ponctuéTeuteul Wikimédia Commons

2011, 2012, 2013 : prospections dans le cadre du programme Carnet B

 

Dans le cadre de ce programme lancé par le ministère et qui avait pour vocation de collecter le maximum de données sur les espèces et habitats remarquables afin d’avoir la vision la plus précise possible de la biodiversité de notre territoire, notre association a choisi d'améliorer la connaissance de l'herpétofaune (amphibiens et reptiles) du Loiret.

En 2011, les inventaires réalisés essentiellement dans la Beauce se sont principalement focalisés sur le Pélobate brun, le Sonneur à ventre jaune, l’Alyte accoucheur, et le Pélodyte ponctué.

En 2012, les inventaires ont eu lieu dans le Gâtinais de l'Ouest, les prospections se sont focalisées sur l'Alyte accoucheur, la Rainette verte et le Pélodyte ponctué.

En 2013, les inventaires ont été réalisés en Puisaye et ont concerné les mêmes groupes taxonomiques qu’en 2012.

 

2014-2015 : prospections dans le cadre du Plan national d’actions Sonneur à ventre-jaune

 

En 2014 et en 2015, la recherche du Sonneur à ventre jaune dans le Val de Loire et les marges de la Sologne a également permis d’augmenter les connaissances sur la répartition des amphibiens.


Depuis 2016 : prospections dans le cadre de l’Atlas Départemental

 

En 2016, l’association a choisi d’étudier les amphibiens dans le Gâtinais de l’Est. Les prospections se sont concentrées sur un ensemble de cinq mailles de 10 km de côté, situé à l’est du Loing et au nord de l’Ouanne.

En 2017, l’association a prospecté la région naturelle du Berry Loirétain (au sud-est du Loiret, entre la Loire et la limite départementale). Les prospections se sont concentrées sur un ensemble de 20 mailles de 5 km de côté.

En 2018, 18 mailles de 5 km de côté vont être prospectées dans la partie Est de la forêt d’Orléans. Le secteur concerne essentiellement le Massif de Lorris.

Carte Atlas amphibiens sonneur V2

Dans le cadre des inventaires pour l’atlas, deux passages sont réalisés dans chaque maille pour contacter le maximum d’espèces différentes : un en mars, l’autre en mai.
Le premier passage permet de contacter les espèces les plus précoces (Grenouille agile et rousse…). Le deuxième permet d’observer les espèces plus tardives (Alyte accoucheur, Rainette verte…). Les zones humides prospectées durant ces deux sessions peuvent varier selon les espèces recherchées.

A chaque session, deux méthodes sont utilisées pour inventorier les anoures et les urodèles :

  • les milieux aquatiques sont visités à la nuit tombée pour écouter les mâles chanteurs et pour observer les individus en déplacement ;
  • des nasses sont disposées dans l'eau pour capturer les tritons, qui sont relâchés une fois déterminés.

Les inventaires mis en œuvre sont essentiellement qualitatifs : la recherche de chaque espèce dans une maille s’arrête dès qu’elle est contactée. Les résultats des prospections ne reflètent donc pas la répartition exhaustive des espèces sur chaque maille.

Chaque année l’investissement des bénévoles sur le terrain vient renforcer l’effort de prospection des chargés d’études de l’association et contribue fortement à la connaissance de la répartition des espèces dans le département.

Se connecter